La fertilisation localisée a pour but d’optimiser le développement racinaire en augmentant la biodisponibilité des éléments nutritifs pour les plantes. La fertilisation localisée consiste à déposer lors du semis une faible quantité de fertilisants, à seulement quelques centimètres de la ligne de semis. Cette méthode de semis permet d’assurer une alimentation minérale optimale des jeunes plantes en augmentant fortement la disponibilité de ces éléments dans un volume de terre très faible.

Cette méthode de semis est très recommandée pour ceux qui pratiquent les Techniques Culturales Simplifiées.


soc de fertilisation localiséeLa fertilisation localisée, un intérêt différent selon les fertilisants utilisés

Tous les éléments minéraux n’ont  pas la même mobilité dans le sol. Ainsi les ions phosphore se déplacent très peu ( 2,5 mm)  alors que les sulfates ou nitrates parcourent 20 mm. La localisation de l’engrais proche de la graine sera donc plus ou moins intéressante selon le fertilisant concerné.

Pour le phosphore, toutes les cultures sont concernées :
Le phosphore étant moins mobile et les besoins des plantes en phosphore s’exprimant très vite après le semis, quand le système racinaire est peu développé, la fertilisation localisée du phosphore près de la graine permet donc une meilleure diffusion de cet élément.

Pour l’azote en revanche,  une distinction doit être faite : la fertilisation localisée est très efficace pour les cultures nécessitant des engrais en début de cycle et présentant des risques de pertes importantes. On peut citer le maïs ou l’orge de printemps, la pomme de terre. Dans ce cas la fertilisation localisée azotée réduit les pertes par lessivage. Dans le cas de culture en autofertilisation, un apport en azote autour de la graine par fertilisation localisée pourra  aider la plante dans son développement initial.
Pour ceux qui pratiquent  TCS ou SD, la localisation de la fertilisation est une pratique conseillée en phase d’installation de la culture pour limiter les risques de sous fertilité. Si la fertilisation localisée assure un meilleur démarrage des plantes en leur donnant une vigueur supplémentaire, on constate aussi que la résistance aux ravageurs est bien supérieure.

La fertilisation localisée : conseillée pour nos climats
En France, au printemps, les sols sont fréquemment froids et humides. Cette situation ralentit la minéralisation imposant une fertilisation. Ceci est particulièrement vrai pour  le maïs, la betterave, le tournesol ou l’orge.

La fertilisation localisée : une source d’économies

En terme économique la fertilisation localisée présente aussi de sérieux atouts.  Elle contribue à l’augmentation sensible  de la fertilité au niveau des racines tout en réduisant dans bien des cas les quantités d’intrants et donc le coût de production à l’hectare. La fertilisation localisée permet une diffusion beaucoup plus efficace des engrais destinés au semis sans pour autant « inonder » la totalité de la parcelle.

Des tests ont été menés sur des cultures de betteraves par l’Institut technique (ITB). Les chercheurs estiment que la meilleure valorisation de l’azote permet d’économiser de 10 à 20 % d’azote selon les cas avec un  gain de rendement de 3 à 4 %.  Sur les jeunes betteraves  on constate un développement foliaire plus rapide, l’azote étant absorbé plus tôt avec la fertilisation localisée.

La fertilisation localisée : plus respectueuse de l’environnement

Si la fertilisation localisée est encore peu répandue, elle est promise à un bel avenir.  La fertilisation localisée, par la maîtrise très fine des doses d’intrants  va dans le sens d’une agriculture raisonnée plus soucieuse de l’environnement. L’apport azoté réalisé par fertilisation localisée réduit considérablement les pertes dues à la volatilisation des produits. La fertilisation localisée contribue donc à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. La fertilisation localisée s’intègre dans un processus de bonnes pratiques environnementales incluant aussi la phase de déchaumage. Morris propose toute une gamme de déchaumeurs bien adaptés à une agriculture soucieuse de préserver les sols.

En parallèle, la recherche dans la mise au point de nouveaux engrais fait de grands pas et nous promet la mise sur le marché de nouveaux produits très innovants qui vont faire de la fertilisation localisée une évidence pour les semis.

Pour en savoir plus 

  • Exemple de semis avec fertilisation localisée.

    SEMIS DE COLZA LE 24 AOUT 2014 AVEC FERTILISATION 1

  • COLZA 14 SEPTEMBRE 2014

  • COLZA AU 15 OCTOBRE 2014

Points forts de la fertilisation localisée

  • Meilleure vigueur des pousses au départ
  • Meilleure résistance des plantes aux attaques ultérieures ( limaces, etc)
  • Efficace contre le salissement
  • Humidité plus faible lors de la récolte.
  • Récolte plus précoce.
  • Baisse des coûts de production
  • Pratique plus soucieuse de l’environnement

 

Morris propose plusieurs types d’éléments semeurs chacun répondant à un besoin spécifique  :

socs_04
socs_03
socs_02
socs_01

Morris propose toute une gamme de semoirs  intégrant la fertilisation localisée. Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous contacter !